UA-108822782-1
topblog Ivoire blogs

lundi, 25 juillet 2011

La démocratie des armes n’existe pas

C’est un philosophe français du 17e siècle René Descartes qui a dit que le bon sens est la chose la mieux partagée au monde. Aujourd’hui, il me semble qu’il n’est plus pertinent. C’est la folie qui est désormais la chose la mieux vendue à travers l’armada médiatique de la planète pour le triomphe des causes irrationnelles. Sinon qui peut mesurer la dose de bon sens dans l’idée qu’il faut faire la guerre, susciter et soutenir des rébellions pour imposer la démocratie. Tuer le peuple pour qu’advienne le pouvoir du peuple ou le pouvoir du peuple par les armes, cela n’a pas de sens.
Celui qui a acquis son pouvoir par les biceps a-t-il des comptes à rendre à un peuple. Surtout quand celui-ci, oblige le conquérant, d’appels à la révolution las, à recourir aux armes. Le peuple lui-même sait qu’il ne peut rien attendre de celui qui s’est passé de lui. Voilà où le bât blesse, quant on les entend parler de démocratie la Kalachnikov au point. Pourquoi ne pas carrément assumer sans complexe le choix de faire une croisade contre la démocratie et les libertés dans les pays africains. Ce ne sera pas nouveau. C’est la guerre des intérêts bassement matériels et déshumanisants qui a présidé le commerce triangulaire et la colonisation.
C’est vil et nauséeux de dénier aux africains un minimum de sens critique, au point de leur faire croire que celui qui s’impose par les armes est plus démocrate que celui qui est venu au pouvoir suite à un soulèvement populaire. Que Laurent Gbagbo le prêtre de la liberté à la limite de l’inexpérience soit un dictateur cela sent à mile lieux la mauvaise foi. Mais le peuple n’est pas dupe face à cette histoire de crise postélectorale qu’on résout à coup de violence, pillage, crime, séquestration, enlèvement et emprisonnement abusif sous le fallacieux prétexte d’instaurer la démo-cratie. Il attend que l’euphorie des armes tombe et que le bon sens qui nous habite par ailleurs tous prenne ses droits. Alors seulement, l’histoire se remettra en marche dans le bon sens.

Joseph Marat

Les commentaires sont fermés.