UA-108822782-1
topblog Ivoire blogs

jeudi, 28 juillet 2011

Niamien Ngoran est de retour, la mal gouvernance aussi ?

Niamien Ngoran était le ministre de l’économie et des finances d’Henri Konan Bédié. C’est avec ce tandem qu’on a connu en Cote d’ivoire les vagues de scandales financiers qui entre autre ont concouru à la chute du régime en 1999. Pour ne citer que les plus connus, disons le détournement des 18 milliards de l’Union Européenne, lièvre levé par Diegou Bailli en 1998, et les DENO, les dépenses publiques non ordonnancées c'est-à-dire les dépenses hors la loi, érigées en normes de gouvernance sous Bédié.
Ces messieurs sont de retour au pouvoir. Bédié est la haute autorité du chef de l’Etat et l’autre vient d’être nommé inspecteur général de l’Etat de Cote d’ivoire. Ont-ils tiré les leçons du passé ? J’en doute. Gbagbo les a faits rentrés d’exil et ils ont eu une opposition dorée. L’Union Européenne a fermé les yeux sur leur détournement et les ivoiriens ont gentiment remboursé. Personne n’a souffert d’embargo ou de gèle des avoirs.
Pour Bédié, l’ennemi politique lui a gracieusement offert un statut select d’ancien chef d’Etat, avec quelque fois des visites de courtoisie pour lui faire profiter des avantages des renseignements généraux pour qu’il évite des manifestations piégées par ses propres compagnons. Aujourd’hui, il parait qu’il est devenu moraliste. Gbagbo et toute sa bande de refondateurs mériteraient le sort que son filleul Alassane Ouattara leur inflige. Pour lui il ne serait pas normal qu’ils se soient armés pour défendre la république contre les rebelles.
Quant au tout nouvel inspecteur général d’Etat, garant moral de la gestion des biens publics, il nous dit carrément qu’on n’a rien à attendre de lui. Avant même de l’avoir vu à l’œuvre, il est sous le charme de celui dont il est censé contrôler la gouvernance. « Je suis impressionné par le style de gouvernance du président Ouattara » dixit Niamien Ngoran dans le très critique Frat-mat de Venance Konan du mardi 19 juillet dernier. Autant dire que les grilleurs d’arachides sont de retour.

Joseph Marat

Les commentaires sont fermés.