UA-108822782-1
topblog Ivoire blogs

dimanche, 14 août 2011

Il veut nous donner une constitution


En dépit des airs policés et européanisés qu’il se donne, Alassane Ouattara est un chef d’Etat africain. Il ne tient pas à déroger à tout ce que cela implique. Susciter une rébellion sauvage dans un pays tiers, prendre le pouvoir par un coup d’Etat sanglant, éliminer les opposants ou les incarcérer pour être le seul maitre à bord, tripatouiller la constitution pour ne plus jamais partir du pouvoir, voilà quelques traits typiques de "l’africain" au pouvoir.
Alassane O. vient d’annoncer ce qui va compléter son CV d’homme d’Etat africain. A l’occasion de sa nième violation de la constitution de Cote d’Ivoire, lors de l’installation de Wodié à la place de N’dré, il a annoncé qu’il va changer la constitution. On le comprend celle qui est là n’en est pas une. En fait elle n’existe pas pour lui. En effet, Ouattara a pris le pouvoir comme on le prend dans une jungle. Depuis qu’il est là, la Cote d’ivoire n’a rien à envier à l’Etat de nature de Thomas Hobbes. Il a saisi et séquestré, avec la violence qu’on connait au plus fort, celui qui était là et qui, en brandissant des textes de loi, prétendait diriger un Etat démocratique. Dans la foulée il a contraint tous les opposants à l’exil et mis leurs leaders dans des goulags de torture. Aujourd’hui, après avoir soumis le pays à sa machine de répression, le despote promet changer la constitution. Non cher Léviathan, ne vous donnez pas la peine d’en changer, on n’en avait pas, donnez-nous en une. Surtout une que vous pouvez respecter. Et non celle que vous nous avez appelés à voter en 2000 et qui finalement ne vous seyait pas.
Sinon, pour être sérieux, dans un Etat moderne, un individu, surtout quand il se dit président d’une république démocratique, ne change pas la constitution de son pays. Il peut, en tant que chef d’Etat, avec l’ensemble de ses ministres, en avoir l’initiative. Le reste dépend des députés et du peuple. Ce n’est pas une affaire de saison. Au demeurant, Ouattara peut-il nous dire ce qu’il reproche à la constitution de 2000 votée par 86% des ivoiriens.

Joseph Marat

Les commentaires sont fermés.