UA-108822782-1
topblog Ivoire blogs

mardi, 30 août 2011

Gnénéma Coulibaly : Ouattara Alassane a droit de vie et de mort sur nous tous

Monsieur coulibaly Gnénéma, ministre des droits de l’homme et des libertés publiques a accordé une interview à un confrère la semaine dernière. Celui-ci lui pose la question suivante : « que pourrait répondre le juriste Gnénéma Coulibaly aux avocats du couple Gbagbo qui estiment que leurs clients sont arbitrairement assignés à résidence ? » le ministre répond : « il n’y a aucun critère qui permette de parler d’arbitraire. Nous disons bien la loi qui permet l’assignation à résidence est dite par décret. Il est donc clair que cela dépend de l’appréciation de celui qui décrète or selon notre loi normative, la constitution, seul le président de la République signe des décrets. C’est donc au président de la république d’apprécier si vous êtes dangereux pour lui ou non ». Il y a rarement eu autant d’inepties au m2 et de la part d’un soi-disant ministre de la République.
Premièrement Gnénéma coulibaly croit avoir dit quelque chose de très intelligent quand il dit qu’il n’y a pas de critère qui permet de parlé d’arbitraire. Lui le ministre des droits de l’homme croit avoir donné une réponse pertinente à des avocats qui se plaignent du manque justice. Justement, c’est parce que les critères que vous devriez avoir sont illisibles que les juristes parlent d’arbitraire. Alors répondre à cela qu’il n’y en pas, c’est apporter de l’eau au moulin de ceux qui pensent que nous ne sommes plus dans un état de droit. C’est comme si monsieur Gnénéma répondait goguenard au juriste soucieux lui du droit de l’homme : « oui, il n’y a plus de loi qui permette de condamner quelqu’un. Les seules lois qui prévalent aujourd’hui ce sont les humeurs de Ouattara. Il a désormais droit de vie et de mort sur tout le monde. Il est le plus fort de la jungle. »
La seconde incongruité qui est bien plus une escroquerie morale qu’autre chose, c’est de faire croire qu’il tient ces absurdités de la constitution de 2000. On avait déjà dit qu’ils n’ont pas la tête de l’emploi et ils ne lisent pas.

Joseph Marat

Les commentaires sont fermés.