UA-108822782-1
topblog Ivoire blogs

mardi, 30 août 2011

Le zèle d’Eugène Dié Kacou


Eugène Dié Kacou veut-il faire des journalistes de l’opposition, les thuriféraires d’Alassane Ouattara ? Le sentiment de reconnaissance à l’endroit d’Alassane Ouattara décuple le zèle du vieux renard. Il s’est certainement promis de nous arracher le contrôle de toute expression qui pourrait écorcher son mentor. Hier, il ne fallait pas dire Léviathan, violeur, putschiste, menteur, rebelle… Aujourd’hui, le Cnp nous a envoyé un avertissement nous interdisant carrément de faire de l’humour sur le compte d’Alassane Dramane Ouattara.
Dans l’un de nos numéros nous écrivions ceci « Bravo Ali Baba, que dis-je, bravo Alassane (…) Alors je me suis dit, Ouattara va enfin déclarer ses biens et peut-être nous instruire sur la façon dont on devient Warifatchè après quelque années passées à la primature d’un pays sous développé. Sans cela (…) on n’a que faire de la morale de personnes sans éthique ». contre ces mots le CNP dit qu’il déplore l’assimilation de Ouattara à Ali Baba et l’accusation sans preuves d’enrichissement illicite aux dépens de l’Etat portée contre lui et regrette qu’on l’est qualifié, avec tous les membres du gouvernement, de personnes sans éthique.
Premièrement, l’assimilation de Ouattara à Ali Baba est un humour et en matière d’humour, une telle assimilation n’est efficace que lorsque le personnage y a prêté le flanc. On se gardera ici de dire pourquoi en France Chirac est traité de super menteur et Sarkozy représenté dans les guignols par une marionnette rabougrie. Mais, si on voulait faire de l’humour quelle image voulez-vous qu’on associe à celle d’un chef d’Etat qui nomme une quarantaine de ministres d’un seul bord politique dans un pays ruiné par une guerre
Deuxièmement, il est de notoriété publique que Alassane est le prophète des orages de milliards, pourquoi devrait-il se refuser à donner le secret de sa richesse au peuple. Surtout quand la constitution le lui recommande. Et enfin le CNP devrait savoir que l’éthique a pour essence le respect de la dignité humaine. Ce n’est pas en marchant sur le corps de ses concitoyens pour accéder au pouvoir qu’on en fait la promotion.
Joseph Marat

11:42 Publié dans Dié Kacou | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.