UA-108822782-1
topblog Ivoire blogs

jeudi, 03 novembre 2011

L’espoir est en prison



Comme cela peut encore arriver dans ce pays heureusement, je me suis retrouvé un matin dans une enceinte fermée à double tour avec un ami pour assouvir notre passion : débattre politiquement. Les rues grouillent d’espions et les agoras ou fora de joutes politiques relèvent désormais de notre histoire récente. Au fil de la causerie, mon ami m’avoue que comme la plus part des ivoiriens il porte le deuil de l’arrestation du président. Seulement, il avait espéré que le pays ne perdrait pas au change. Alassane Ouattara est tout de même un nom connu dans les hautes finances du monde. Son carnet d’adresse devrait être insubmersible pour un petit pays comme la Côte d’ivoire. S’il réalise ne serait-ce que le 10ème de tout ce qu’il nous a promis, on ne devrait pas regretter trop longtemps le Woody de Mama. Mais, finit-il par dire, plus les jours passent plus la désillusion fait place à ce qui aurait pu être une consolation.
J’ai dit à mon ami que c’est indéniable qu’il ait eu dans ce pays plusieurs millions de personnes qui, de bonne fois, ont placé l’espoir, en Alassane Ouattara. Mais ils ont eu tort. Et le sentiment de désillusion n’est que le moindre mal. Quand un homme politique doit laisser des traces de progrès dans la mémoire d’un peuple cela se remarque dans ses prises de position. Ce n’est pas en distribuant des promesses de milliards qu’on impulse l’évolution à une société. Ce sont des prises de position idéologique capables de façonner la mentalité des peuples qui pistonne le progrès. En France nous avons De Gaule pour son appel à la résistance, en Inde Gandhi pour sa non-violence contre un impérialisme anglais violent, Luther King aux Etats Unis pour son rêve d’un Etat sans ségrégation, Nelson Mandela pour ses sacrifices contre l’apartheid, Laurent Gbagbo pour son combat pour la liberté et la démocratie. Quel acte peut militer pour Ouattara dans cette constellation de géants. Les Programmes d’Ajustement Structurel? Le soutien à une rébellion sauvage? La culture de l’emprisonnement des opposants? Les privatisations abusives? Ouattara a-t-il une seule fois montré qu’il est capable de défendre un idéal progressiste? J’ai fini par dire à mon ami que l’espoir du peuple ivoirien est en prison à Korhogo. Prions que la descente dans les profondeurs de la déchéance ne soit pas longue.

Joseph Marat

Les commentaires sont fermés.