UA-108822782-1
topblog Ivoire blogs

jeudi, 03 novembre 2011

Le sourire de Simone et de Laurent

Le ciel ombrageux de la Côte d’Ivoire s’est illuminé avant-hier de deux photographies lumineuses venues des goulags du nord. Et à propos, on a tout dit. Mais on ne dira jamais assez de cette force morale qui caractérise les grands hommes de l’Histoire. Même les medias proches des "vainqueurs" en sont tombés sous le charme.
Alors que leur mentor se trouve dans son meilleur élément à la tribune de l’Unesco, c’est la photographie d’un Laurent Gbagbo serein et d’une Simone Gbagbo souriante qui a barré la Une de leur canard. Il est difficile de vouloir cacher le soleil avec la main. Ce ne sont pas les moyens qui ont manqué pour les faire oublier. Mais hélas ! Ils n y arrivent pas. Gbagbo et son Epouse sont trop immenses pour eux. Le sourire et la sérénité affichés, en attendant avec dignité, la justice, comme tout leader démocrate qui ne se prend pas pour un roitelet au dessus de la loi. Voilà les preuves de leur grandeur. Avoir encore la force de sourire après des tonnes d’humiliations subies n’est pas donné à tous.
Les hommes qui ont souri à la vie alors que la nature humaine leur recommandait le contraire dans l’histoire de l’humanité, nous pouvons les compter du bout des doigts. Et nous ne sommes pas sûr d’en oublier.
Socrate a tenu à boire la cigüe - ses amis avaient réuni les moyens pour l’en épargner - pour le triomphe du seul principe de la justice. Il avait été condamné à tort. C’est encore pendu à la croix de la malédiction que le Christ a demandé au Père céleste de pardonner à ses bourreaux. Martin Luther King était encore victime d’un racisme violent quand il a rêvé d’une société sans ségrégation, au lieu de prendre les armes. Mahatma Gandhi a sacrifié toute sa vie à montrer que la violence est une faiblesse face à la non violence. Mandela a renoncé à la vengeance après plus de 27 ans de son existence dans la cage répressive de l’apartheid.
Avez-vous souvenance d’un seul sourire de Bédié dans son exil doré de Paris ? Ou, Alassane Ouattara a –t-il une fois souri au peuple ivoirien quand celui-ci rechignait à le reconnaitre comme l’un des siens ?

Joseph Marat

Les commentaires sont fermés.