UA-108822782-1
topblog Ivoire blogs

jeudi, 03 novembre 2011

Politique à vue


Avons-nous une idée de où est-ce que nous allons en Côte d’Ivoire ? Les dirigeants eux-mêmes s’interrogent à plus forte raison le bas peuple. C’est maintenant qu’on organise les séminaires pour réfléchir sur les voies à emprunter. Pendant ce temps, à l’emporte pièce, le prince prend des décisions qui sapent les fondements de la Res-publica. Avait-il un programme de gouvernement ? Dans tous les cas, la seule chose qui nous semble cohérence dans toutes ces agitations gouvernementales, c’est la volonté affichée de conduire Laurent Gbagbo au TPI. Encore que là, les balbutiements d’un ami militant RHDP m’ont semblé révélateurs du manque actuel de vue politique. Alors que je passais mon chemin, il a tenu à me demander si la veille j’ai vu Gbamanan Guidan à la télévision promettre à Alassane Ouattara qu’il rentrera au pays. Non ! Alors il ajoute « les exilés du Ghana ont promis de rentrer au pays. Mais attention tous ceux qui ont commis des crimes seront jugés et condamnés.» Un tantinet agacé, je lui dis : « si ton mentor tient tant à faire justice et nous envoyer tous devant les tribunaux, ne penses-tu pas qu’il devrait nous y précéder ? » Je vous épargne les arguties qu’il a voulu me faire supporter. Moi-même j’ai préféré poursuivre mon chemin. Aucun être social ne devrait se soustraire à la justice. C’est par l’application des principes de justice qu’on sort de la sauvagerie. La justice est donc le ciment de la communauté des humains. Mais en côte d’Ivoire le discours sur la justice est brouillé par ceux le tiennent.
Sept mois après l’avoir renversé, Laurent Gbagbo continue d’être le plat de résistance de la politique du gouvernement Ouattara. Au point où la perspective d’une cohésion sociale et d’une relance économique découlerait de son départ au TPI. Mais alors qu’attendent-ils pour qu’enfin pleuvent les milliards, Pour qu’enfin les ivoiriens retrouvent leur joie de vivre et ne lapident plus des ministres ? Pour peu qu’on y pense, le problème ce n’est pas le lieu de la détention de Gbagbo. Sinon déplacer Gbagbo aujourd’hui est ce qu’il ya de plus facile. Pourquoi, depuis 7 mois Ouattara, Soro, Gnenema et consort n’arrivent pas à offrir aux ivoiriens ne serait-ce qu’un début des monts et merveilles annoncés ?

Joseph Marat

Les commentaires sont fermés.