UA-108822782-1
topblog Ivoire blogs

mardi, 29 novembre 2011

Koenders se croit en brousse


« Le conseil constitutionnel est une institution principale dans le pays, elle est très importante avant les élections par exemple sur les contentieux, mais aussi après. Il est donc important de connaitre son point de vue », d’après une déclaration de Bert Koenders, le remplaçant de Choi en Côte d’Ivoire, a l’issue d’une rencontre avec Francis Wodié. Quoiqu’ on ne perçoive pas bien l’opportunité d’une telle assertion tautologique, on aimerait bien savoir s’il s’agit d’une critique adressée à Choi son prédécesseur qui avait totalement ignoré l’importance du Conseil Constitutionnel ou faut-il penser que Koenders nous informe que cette Institution est devenue principale et importante depuis peu, depuis qu’elle est dirigée désormais par l’ami de Dramane Ouattara ? Dans un cas comme dans l’autre, il est autant ridicule que celui qui l’a précédé dans cette fonction. Si c’est une critique qu’il adresse à Choi pour remettre l’organisation des Nations Unies à la place qui est la sienne dans la crise ivoirienne, il devrait commencer par lire la charte des Nations Unies et la Constitution de l’Etat de Côte d’Ivoire. Comprendra-t-il, peut-être, dans un premier temps, que l’Institution qu’il visite n’est ni importante ni principale parce que, quelle que soit la renommée de celui qui la dirige, son mandat est illégal. Nous ne ferons pas de dessin. Le Conseil Constitutionnel est prestigieux dans L’ordre juridique de la nation ivoirienne, mais pas celui que dirige Francis Vanga Wodié. Deuxièmement, il est vrai que ces derniers temps, la sauvagerie des rébellions rappelle constamment l’âge néolithique de notre humanité, mais Keonders doit savoir qu’il ya longtemps que nous avons cessé de vivre dans les arbres en Côte d’Ivoire. C’est en toute souveraineté que le peuple ivoirien s’est doté en 2000 d’une Constitution qui fait du Conseil Constitutionnel la clé de voûte de notre arsenal juridique. Nous connaissons donc son importance. Mais nous comprenons aussi pourquoi ce fonctionnaire international, petit fils d’esclavagistes, tient à nous shooter l’importance de ce conseil-ci. Il sait que nous savons qu’il n’émane pas de nous, mais de ses mandataires.

Joseph Marat.

Commentaires

Il faut bien que ce monsieur donne l'impression de travailler pour justifier le immenses subsides à lui verser par ses commanditaires/mandataires .sinon rien ne justifie de telles propos à la veille de pseudos élections monocolores.A moins peut-être de chercher à se convaincre que face à wodié et consorts qu'il est aussi un érudit en droit cons et que la langue de molière n'est pas un obstacle pour lui.C'est pitoyable!

Écrit par : Incassable | jeudi, 01 décembre 2011

Les commentaires sont fermés.