UA-108822782-1
topblog Ivoire blogs

vendredi, 02 décembre 2011

"Est-ce qu’on pense ?"


"Est-ce qu’on pense ?" Cette expression de l’argot ivoirien est une question qui veut en fait dire qu’on ne pense pas. Mais ce n’est pas nouveau. L’un des plus grands philosophes français de notre temps, Gaston Bachelard l’avait dit aussi. Il s’est inspiré de la "doxa" grecque. Pour lui, l’opinion ne pense pas. Oui, mais il y a bien une différence. Pour le philosophe, c’est la foule qui ne pense pas tandis que le sujet lui pense. Or dans l’argot, ivoirien c’est le fait même de penser qui est remis en cause. Alors depuis quand les Ivoiriens se sont-ils mis à ne plus vouloir penser ? Est-ce une coïncidence ou une transcription linguistique d’un phénomène sociopolitique en Côte d’Ivoire ? Une chose est certaine. Depuis qu’on a introduit la violence à l’école, en politique ; qu’on a fait des rebelles des modèles politiques et que la guerre a remplacé le dialogue dans le règlement d’un contentieux électoral, peut-il y avoir meilleure occurrence pour qu’on cesse vraiment de penser ? Sinon de vous à moi, que fait en prison quelqu’un qui, à la suite d’un certain nombre d’informations en sa possession, fait une analyse et parvient à la déduction qu’à une date précise il y aura une dévaluation ? L’attitude d’un gouvernement serein et sûr de lui n’est-il pas d’attendre arriver la date pour confondre le penseur menteur ? En France, pendant que le ministre de l’économie et des finances François Baroin, communique sereinement sur l’idée que son pays continue d’avoir son triple AAA, Jacques Attali, un économiste averti est encore sur la toile avec la certitude qu’il y a longtemps que la France a perdu cette fameuse position et que la seule chose qu’il espère avant janvier prochain, c’est la dévaluation de la monnaie européenne. Jacques Attali n’est pas en prison en France, ni dans aucun pays d’Europe. Ne pensez vous pas qu’en Côte d’Ivoire, nos goulags sont un peu trop remplis de gens qui n’ont fait que penser ? Et que nos rues grouillent de monde qui ne pense pas ? Une seule image : regardez la position actuelle du Prof. Ake Ngbo Gilbert, l’homme aux 22 diplômes universitaires et gardez vous de penser à celle de son remplaçant.

Joseph Marat

Commentaires

Absurdités

Notre vie est pleine,
D’absurdités pleine
Des absurdités sans nul doute absurdes
Que chacun
Sans la moindre conscience
Se plaît absurdement
De jour comme de nuit
A tourner absurdement en spectacles
Comme il lui plaît.

Notre vie est pleine,
D’absurdités pleine
Des absurdités si absurdes
Que nos actes et nos paroles
Absurdement ont
L’effronterie de ne pas nous paraître
Absurdes.

Léandre Sahiri

Écrit par : Léandre Sahiri | mercredi, 14 décembre 2011

Les commentaires sont fermés.