UA-108822782-1
topblog Ivoire blogs

lundi, 09 janvier 2012

Les "torches" de Dramane


A l’occasion des fêtes de fin d’année, le gouvernement d’Alassane Dramane Ouattara a cru avoir eu le nez creux en accrochant des guirlandes un peu partout au Plateau. Les populations continuent de venir de partout, certaines par convoi depuis l’intérieur du pays, pour faire le pèlerinage nocturne pour les "lumières" du Plateau. Abidjan serait devenue la "ville lumière". Des critiques dithyrambiques ont même fait croire que Dramane Ouattara a sorti le peuple Ivoirien des "ténèbres de la Refondation". Nous aurions tant aimé sortir des ténèbres. Nous, arrière petits fils de chef de tribus, souffrant encore de la naïveté de nos aïeux qui ont livré les bras valides de leur population aux esclavagistes en échange de pacotilles et camelotes de tout genre. Nous aurions, pour une fois, tant aimé sortir des ténèbres. Mais j’ai bien peur que nous nous y enfonçons au contraire avec des "torches". Voyons, de la notion de lumière, je dégage deux acceptions. Les lumières éphémères qui, comme des torches permettent de "flatter" les ténèbres, le temps que dure sa charge énergétique. Avec ces lumières le retour du règne des ténèbres n’est jamais loin. Autant la torche s’éteint dès que l’énergie s’épuise, autant les "lumières" d’Abidjan-Plateau sont programmées pour s’éteindre le 20 janvier prochain pour nous replonger dans la "nuscurité" de l’insécurité, des licenciements, du chômage qui grimpe, des universités fermées, du coût de la vie intenable et d’un pays toujours divisé en zones…L’ironie dans tout ça c’est que la majorité des pèlerins retourne vivre dans des ruelles plongées dans le noir dès que le soleil disparait. La deuxième acception de la notion de lumière est celle de l’éclosion de l’Aufklärung au siècle des lumières avec la défiance de l’obscurantisme de tout genre par les encyclopédistes et philosophes comme Rousseau, Diderot Voltaire D’Alembert, Condorcet etc. C’est à eux que l’humanité doit la révolution française. Dans les deux cas, c’est à Laurent Gbagbo que nous devons dans notre pays la vérité des lumières. Il prend le pouvoir en 2000 dans une liesse populaire rappelant les circonstances exactes de la révolution française. La Refondation est la déclinaison ivoirienne de l’Aufklärung. En sus, il est de notoriété publique en Côte d’ivoire que Laurent Gbagbo a électrifié plus de localités en dix ans que les régimes précédents en 40 ans. Mais que voulez-vous ? Au tonneau vide le bruit. Abidjan sera la ville des lumières le jour où elle sera éclairée par la lumière de la raison. Pour le moment, ne nous illusionnons pas ! L’opacité qui entoure la gestion de la cité ivoire est à couper au couteau.

Joseph Marat

Commentaires

Pourquoi cette analyse?êtes vous le seul à constater cette utopie politique,bétise humaine.j'ai mal,je pleur pourquoi vous êtes le seul, pourtant sa crêve l'oeil.jai une idée soyons journalistes,quels journalistes.journaliste de GBAGBO,non journaliste de la résistance,non journaliste de la vérité.comment devons nous y prendre pour toucher les 48% de population restante.par la prière,oui ça marchera certainement.mais par" l'engagement","l'ardeur"," l'endurance" nous y parviendrons.

Bonne continuation.

Écrit par : YASSI | samedi, 14 janvier 2012

Les commentaires sont fermés.