UA-108822782-1
topblog Ivoire blogs

mardi, 17 janvier 2012

Une question de priorité

Anne Désirée Ouloto est de retour. Le timing était prévisible. La levée de boucliers l’avait contrainte à mettre un bémol à son action de salubrité dans le but de sauver les élections législatives. Cela n’a pas marché. Elle revient donc avec le net sentiment d’avoir bien travaillé et de relancer de plus belle ses opérations. On ne peut pas reprocher à un gouvernement de lancer de telles opérations d’envergure pour redonner un aspect plus reluisant à l’environnement dans un pays. Dans le fond aucune population ne peut récriminer contre un tel acte de gouvernement. Nous rêvons tous de vivre dans des cadres de vie sains. Nous envions tous aux pays développés la beauté de leurs cités. Mais en matière de progrès social, il n’y a pas de saut possible. En Côte d’Ivoire nous avons l’impression qu’on veut danser plus vite que le tamtam ou encore qu’on veut mettre la charrue avant les bœufs. La pauvreté n’est pas incompatible avec la propreté. Mais les dirigeants actuels oublient qu’ils sont à la tête d’un pays pauvre. Et cela nécessite qu’on ait d’autres approches. L’encombrement des rues par les petits commerces gène leur idéal de cité moderne. Mais quand on n’a aucune politique de recasement de tous ceux qu’on met à la rue par des licenciements sauvages, l’action qui devrait passer pour salutaire devient criminel parce que sous les bulldozers qu’on promène sur les trottoirs pour casser les commerces ce sont des vies humaines qui sont en cause. La priorité d’un gouvernement responsable dans les pays qui souffrent notoirement de manque de moyens de subsistance, ne devrait pas être la cosmétique, mais la lutte contre le chômage de tous ces jeunes qui squattent les rues pour survivre.

Joseph Marat

Commentaires

Salut Joseph Marat. Toutes mes excuses si j'utilise ce canal pour vous contacter à nouveau. Mais depuis notre échange à propos du quotidien ''Aujourd'hui'', je n'ai plus eu de réponse, malgré tous les courriers que j'ai adressés via l'adresse mail officielle du journal. Juste pour savoir... Cordialement.
Marc Micael

Écrit par : Marc Micael | mercredi, 18 janvier 2012

Les commentaires sont fermés.