UA-108822782-1
topblog Ivoire blogs

mercredi, 25 janvier 2012

La sangsue à l’œuvre


La France ne lâche pas l’affaire. Elle est devenue la seule partenaire économique de la Côte d’ivoire dans un monde de compétition mondialisée. La France par-ci, la France par-là. Ceux qui parlent du retour de la colonisation n’ont pas tort. Tous les chemins repassent désormais par la France. Alassane est en route pour le sommet de l’Union Africaine à la fin de cette semaine à Addis Abeba. Avant, il a une rencontre de mise au point avec Nicolas Sarkozy qui va le briefer. Ç’aurait été son neuvième voyage uniquement en France en neuf mois de gouvernance si celui de décembre n’avait été annulé par la gêne qu’engendre l’excès de soumission de celui à qui on ne demande pas tant ! Trois articles dans le même journal pro-gouvernemental Fraternité Matin du samedi 21 janvier dernier attirent notre attention sur l’état des relations entre la France et la Côte d’Ivoire. Le premier papier nous dit que la France veut faire de la Côte d’Ivoire la vitrine de la démocratie en Afrique. Est –il nécessaire de dire que Sarkozy se ment à lui-même ? Le deuxième, nous informe que la France est disposée à aider à l’insertion professionnelle des jeunes en Côte d’Ivoire. Qui trop étreint mal embrasse ! La France a-t-elle fini avec le chômage en France ? Le troisième est typique du niveau d’inféodation de notre "souveraineté". Les experts français sont venus en Côte d’Ivoire pour identifier les priorités nationales dans le redressement de notre administration. Oui la Côte d’Ivoire est un pays sous développé et il serait très avantageux pour lui qu’il soit adoubé ou materné par une puissance économique quoique la démarche soit devenue obsolète en raison de l’universalisation des méthodes de croissance, mais en réalité que peut aujourd’hui apporter la France à la Côte d’ivoire ? Qu’est ce qu’un pays en voie de développement peut-il attendre d’un pays en voie de sous développement ? Comme une sangsue, la France ne nous lâchera pas tant qu’elle ne se sera pas fait une nouvelle jeunesse. Et ce n’est pas pour demain la veille.

Joseph Marat

Les commentaires sont fermés.