UA-108822782-1
topblog Ivoire blogs

dimanche, 05 février 2012

Le salaire de la trahison

Nous croisons les doigts pour que, pour une fois, les rumeurs qui s’affolent nous apportent en réalité la promesse d’un dénouement heureux. Alassane Ouattara est en villégiature en France et Soro Guillaume s’est retiré à Bouaké où il organise un conclave avec les forces nouvelles, son mouvement rebelle et politique. Apparemment tout semble normal. Rien ne cloche. Chacun est dans l’élément qu’on lui connait le mieux et pourtant depuis quelques jours, les rumeurs de toutes sortes affolent la cité. Il faut reconnaitre que la concomitance de ce qu’ils savent faire le mieux est intriguant. Pourquoi c’est justement au moment où le chef de l’Etat est en France en train de se reposer que le premier ministre abandonne sa fonction de suppléance pour aller organiser une réunion qui n’a plus le droit d’être dans une ″république réunifiée″. L’un mis dans l’autre, l’adage populaire qui dit qu’ «il n’y a pas de fumée sans feu» est plus que d’actualité ; et dans cette brume fumante, le plus plausible des ″sons″ est que Soro Guillaume est en cavale. Alassane Ouattara qu’on soupçonne de former un autre gouvernement depuis Mougins aurait scellé son sort pour faire plaisir à ses soutiens occidentaux qui lui demandent depuis un temps de civiliser son gouvernement et d’équilibrer le dossier de la CPI. La leçon de l’histoire, c’est Soro lui-même qui la donne, selon la même source d’information. Il regretterait d’avoir trahi Laurent Gbagbo, l’homme qui a tout fait pour le ramener de la perdition. Il a planté ses crocs dans la main tendue de celui qui lui avait déjà montré, à travers une amnistie qu’il ne l’aurait jamais livré à une cour de justice. Aujourd’hui, voilà Soro dos au mur, obligé de s’assurer de la longueur de sa fourchette sur une table dont il est désormais le menu principal.

Joseph Marat

Les commentaires sont fermés.