UA-108822782-1
topblog Ivoire blogs

jeudi, 23 février 2012

L’impossible retour en grâce de Mamadou Koulibaly


Nous sommes tombés sur un texte de Mamadou Koulibaly publié hier par certains organes de presse. En d’autres circonstances, on se serait précipité pour s’arracher l’opinion de celui qui a pendant longtemps nourri nos espoirs de vivre un jour dans un pays débarrassé totalement des lourdeurs et des oripeaux du néocolonialisme. Nous nous souvenons de l’effervescence autour de « La guerre de la France contre la Côte d’Ivoire». Un éclair littéraire qui a soigné nos crises d’urticaire contre la rébellion de Soro Guillaume. Mamadou Koulibaly avait même renoncé à ses droits d’auteur sur ce pamphlet qui s’est vendu comme de petits pains au quatre coins du pays. Un leader nous était né. La relève était assurée et dans la guerre qui venait de commencer, nous étions tous réconfortés d’avoir un autre rideau de défense. Mais, en fait c’était un rideau de bois qui s’est consumé dès la première grande épreuve de feu. Comme le phénix qui renaît de ses cendres, l’ex-député de Koumassi vient de produire un autre texte qui tranche avec sa position des premières heures de la crise postélectorale. Il rue dans les brancards de Dramane Ouattara, père selon lui d’un nouveau fléau social : le chômage ethnique. «Au lieu du million d’emplois promis lors de sa campagne électorale de 2010, ce sont plutôt des milliers de chômeurs en plus qu’Alassane Ouattara a déversés en Côte d’Ivoire depuis son accession à la magistrature suprême, il y a près d’un an maintenant.» Fait-il pire que ceux qui selon lui, l’ont chassé du Fpi ? Une chose est sûre, en parlant de rattrapage, Koulibaly Mamadou semble avoir tourné la page de la langue de bois et avoir été déçu au point de relever le caractère essentiellement ethniciste du régime Ouattara. Le morceau qui nous donne la mesure de la désespérance est celui-ci : « Ceux qui se réjouissent de l’apartheid tribal pratiqué par Ouattara et les nordistes qui assistent en silence à l’instrumentalisation de leur groupe ethnique, se rendent coupables de complicité de purification et de division durable de la nation ivoirienne en construction.» il n’y a certainement pas meilleure façon de dire que Dramane Ouattara est en train de déstructurer la nation ivoirienne. On croyait retrouver le frontiste gbagboiste du début des années 2000. Mais nous ne sommes plus dupes parce qu’une véritable lutte politique ne se prostitue pas! Le peuple ivoirien a atteint un niveau de maturité politique tel qu’il faudra plus que la conceptualisation de son malheur pour espérer un retour en grâce.

Joseph Marat

Les commentaires sont fermés.