UA-108822782-1
topblog Ivoire blogs

dimanche, 26 février 2012

Jeu dangereux

Kouadio Kouakou Bertin dit KKB a passé le week-end dernier dans un centre hospitalier à Daloa, bien amoché par ceux qu’il a lui-même identifié comme étant les militants du Rdr. Selon ses propres termes, il a échappé à la mort. Cela nous met indéniablement devant un cas pratique de violence politique qui n’est pas nouveau pour KKB. Non seulement ce n’est pas la première fois qu’il est victime d’une telle agression, mais quand il désigne, sans hésiter, les militants du parti au pouvoir, cela veut dire qu’il sait bien des choses sur eux! Alors pour le railler, on pourrait trivialement lui dire qu’il a trouvé ce qu’il a cherché! Pourquoi se retrouve-t-il à Bonon en train de soutenir un candidat indépendant alors que selon la répartition des cartes, il devrait être derrière le candidat RHDP ? Dans l’absolu, rien ne l’interdit ; mais en politique, il ya des alliances qu’on ne trahit pas impunément. Aujourd’hui le jeu politique est devenu très dangereux pour KKB. Il donne l’impression qu’il se réveille d’un lourd sommeil où le RDR les a avait tous plongés pour se hisser à la présidence de la République porté par la vague RHDP. On se souvient encore de cette léthargie qui les avait tous tétanisés au premier tour de l’élection présidentielle de 2010 les obligeant à renoncer aux recours en annulation qu’ils pouvaient exploiter en leur faveur. C’est sur cette vague prétendument majoritaire que surfe l’actuel pouvoir de Dramane Ouattara. Si cette alliance se brise, le pouvoir de Ouattara sera idéologiquement fragilisé. Or depuis quelque temps, KKB semble avoir compris que son parti et lui ont misé sur le mauvais cheval. Il a déjà porté la cognée à la fourmilière au PDCI, le voilà en train de soutenir un candidat indépendant à Bonon contre la machine du pouvoir. Faut-il le laisser faire tache d’huile ? Le pouvoir de Dramane Ouattara se pose sérieusement la question et KKB est prévenu! On échappe rarement deux fois à la mort sous un régime pour qui la mort des opposants est un viatique !

Joseph Marat

Les commentaires sont fermés.