UA-108822782-1
topblog Ivoire blogs

vendredi, 08 juin 2012

Quand la chine s’éveillera … (2)


« Quand la Chine s’éveillera le monde tremblera » est une prophétie de Napoléon Bonaparte, reprise deux siècles plus tard par Alain Peyrefitte qui nous en donne un début d’interprétation dans l’un de ses livres du même nom sorti en 1973 : « Vu le nombre de Chinois, lorsqu'ils auront atteint une culture, une technologie suffisante, ils pourront imposer leurs idées au reste du monde » Le monde est certainement en train de trembler parce qu’on a déjà vue en image le président Nicolas Sarkozy et Barack Obama dans des postures soumission devant Hu Jintao. Dans les débats économiques à travers le monde on ne se cache plus pour dire que la Chine est la banque du monde. A l’ami qui m’a envoyé cette vidéo, je n’ai pu m’empêcher, après l’avoir visionnée de répondre ceci : « le regard des Chinois sur la France et par ricochet sur la civilisation occidentale me surprend à moitié. Toi et moi nous sommes des privilégiés. Nous assistons à un passage de témoin. Le pôle de la civilisation a commencé en Egypte, il y a eu ensuite la Grèce ou l’Occident. Aujourd’hui le pôle économique se déplace en Chine et cela ne va pas sans le déclin de l'empire européen. Je peux me tromper, mais voir un Chinois parler de la grande France comme s'il parlait d'un territoire à coloniser est révélateur. » Quel intérêt pour nous qui nous cherchons encore dans la préhistoire de ceux dont le déclin fait rire les Chinois ? On ne nous demande pas aujourd’hui d’inventer la roue. Mais, c’est une question de bon sens. Il faut simplement se garder de copier les modèles économiques en déclin. Avant d’entamer la colonisation des contrées africaines, les Occidentaux se son convaincus qu’ils appartenaient à une civilisation supérieure. Leur modèle de développement est aujourd’hui moqué par les Chinois qui les enferment dans une sorte catégorisation psychique pour montrer à quel point leur civilisation pour ne pas dire leur race s’est dévaluée. « Une majorité des Français serait atteinte par une pathologie nouvelle qu’on appelle le syndrome du larbin. Un larbin prend systématiquement la défense des classes les plus favorisées au détriment de celle dont il est issu » dit l’intellectuel chinois qui ajoute une autre phrase terrible qui nous renvoie à toute la complexité de notre sort « ils ignorent que leur faramineuse dette provient uniquement de la confiscation de leur droit régalien de création monétaire ». La question de la création de sa propre monnaie est le nœud gordien de toute véritable souveraineté nationale. Pour les Etat africains francophones indépendants depuis plus 50 ans, dont les comptes d’opérations sont logés dans une caisse du trésor français, l’autonomie monétaire, est certainement la clé du progrès. Mais comment nous tirer de là si, plus que des larbins, nous nous battons pour être les prisonniers de ceux qui se sont enfermés ?

Joseph Marat

Les commentaires sont fermés.