UA-108822782-1
topblog Ivoire blogs

mercredi, 27 juin 2012

La boucle va-t-elle se refermer ?


L’information a été reprise hier sur la toile sous la forme suivante : « ALERTE/PLAINTE CONTRE SORO A PARIS. Guillaume Soro, chef des ex-rebelles des Forces Nouvelles et ex-Premier ministre d'Alassane Ouattara, est nommément visé par une plainte avec constitution de partie civile pour "enlèvement, séquestration, et traitements inhumains et dégradants", dans le cadre de la détention arbitraire de Michel Gbagbo. Cette plainte vise également neuf (9) commandants de zone - dont Issiaka Ouattara, dit Wattao, et Fofié Kouakou. Elle a été déposée ce lundi 25 juin 2012 devant le doyen des juges d'instruction du Tribunal de Grande Instance de Paris par Maître Habiba Toure, avocate de la famille Gbagbo. Guillaume Soro, qui séjourne actuellement en région parisienne, précisément à Saint-Prix (95), est donc susceptible à tout moment d'être entendu par la justice française. » Sur le coup, je me suis posé la question suivante : « Pourquoi Soro ? » Oui pourquoi pas ? Mais cette plainte qui concerne certainement la période qui part du 11 avril 2011 à maintenant, nous semble ne pas directement indexer la rébellion de Guillaume Soro mais plutôt le chef des FRCI, en l’occurrence Alassane Ouattara. Il est vrai que l’auteur de « Pourquoi je suis devenu rebelle » était le chef de l’opération, mais Ouattara se prenait déjà pour le chef de l’Etat. Il devrait donc être pris pour le responsable de tout ce que Michel Gbagbo a subi. Je ne suis pas défenseur de la cause de l’ex-rebelle ivoirien, au contraire je me réjouirais qu’il soit rattrapé par tous ses crimes, mais je suis contraint d’avouer que cette plainte contre Soro à Paris a certainement ses raisons que mon entendement ignore encore. Pour combler ma curiosité et comprendre ce qui se passe, j’ai appelé un ami français qui tout en partageant la même perplexité que moi a tout de même ajouté que c’est peut-être une question de timing. Guillaume Soro passe actuellement du bon temps au bord de la Seine avec sa famille. Si, selon la célèbre réplique d’Aimé Césaire à un homme politique français, Michel Gbagbo n’était pas pris pour un français entièrement à part, mais pour un français à part entière, sa plainte devrait prospérer et déboucher sur l’arrestation de Guillaume Soro pour, au minimum, entendre qu’il se justifie sur la détention d’un citoyen français dans un camp de concentration dans le nord de la Côte d’Ivoire. Il faut rappeler que Michel Gbagbo est actuellement détenu à Bouna pour le seul délit d’être né du président Laurent Gbagbo.

Joseph Marat (Aujourd’hui)

Les commentaires sont fermés.