UA-108822782-1
topblog Ivoire blogs

jeudi, 08 novembre 2012

Le « général » des rebelles et dozos



Dans l’une de mes ballades sur la toile, je suis tombé sur une brève du journal Le Patriote. C’était vraiment une brève parce que l’article a simplement consisté à transcrire les propos du chef d’Etat-major des armées, le Général Soumaîla Bakayoko. Ce dernier, face aux attaques successives des différentes localités du pays, a initié une tournée dans les casernes pour, selon l’auteur de la brève sensibiliser. Le journaliste, par contre, n’a retenu que la menace à l’endroit des corps habillés. A l’étape d’Akouedo, Soumaïla Bakayoko, le rebelle devenu chef d’Etat-major dit précisément ceci : « Ceux qui nous attaquent, nous trouverons toujours sur leur chemin. Je ne ferai pas de cadeau aux soldats parmi nous qui s’adonnent à ces activités et jouent à un double jeu »

Dans ce qui est censé être une mise en garde, j’ai noté deux incongruités et on a forcément le froid dans le dos lorsqu’on arrive à cette idée qu’en Côte d’Ivoire aujourd’hui il n’existe plus de dirigeants qui prennent du recul face aux problèmes pour produire des attitudes ou tenir des discours sensés. Monsieur le « Général » ceux qui vous attaquent ne cherchent pas à vous éviter sur leur chemin. C’est vous qu’ils attaquent. Vous ne pouvez donc pas être ailleurs que sur leur chemin. On en déduirait qu’il n’a rien dit et pourtant… et c’est cela qui fait peur au simple citoyen qui rêve de sécurité. Le « Général » Soumaïla Bakayoko avoue être dans une posture attentiste face aux assaillants. Il ne faudra pas compter sur ce « Général mille torches » pour prévenir les attaques et sécuriser le pays. Il attend sur leur chemin ceux qui viennent perturber la quiétude des Ivoiriens. Ce n’est donc pas demain la veille de la fin des attaques parce qu’apparemment on ne prend aucune disposition pour y mettre fin. Au contraire on menace et on se prépare à y faire face sachant qu’ils sont des milliers de soldats maintenus hors du territoire national.

Le « Général » Soumaïla Bakayoko se croient investi du devoir de ″réagir″ au lieu ″d’agir″ face au péril de notre système de défense. Je me souviens que ces mêmes avaient reproché au Président Gbagbo de n’avoir pas négocié avec la centaine de soldats qui avaient fuit le régime de Robert Guei. Aujourd’hui ils ne font pas mieux face aux milliers de soldats qui veulent rentrer chez eux. Pis le « Général » Soumaïla Bakayoko menace ceux qui sont restés et qui n’ont pas pu fuir la furia des Frci dans leur croisade sur Abidjan. Il ne leur fera pas de cadeau s’ils jouent à un double jeu. Allez savoir comment il fera pour détecter les traitres sans user de la grille inventée par Venance Konan : BAD.

Devant de tels propos ou attitude il me vient automatiquement que ce « Général » qui appartenait à l’équipe des maçons militaires du président Gbagbo a peut-être du génie pour diriger une armée de rebelles et de chasseurs dozos, mais pour la stratégie et le génie militaire pour une armée nationale, on est loin du compte. Et on ne sort par de l’auberge à se faire gouverner par des roturiers de tout genre.

Joseph Marat


Commentaires

Cet hurluberlu du système défensif du régime Ouattara jaspine tout simplement.

Écrit par : kephren Neruda | jeudi, 08 novembre 2012

Les commentaires sont fermés.