UA-108822782-1
topblog Ivoire blogs

jeudi, 22 novembre 2012

Le langage de l’Eternel


On a beau être cartésien, la logique a beau être notre seule façon de comprendre les phénomènes, il est difficile de ne pas apprécier la maestria de l’Eternel qui fait chaque chose en son temps pour confondre ceux qui méritent de l’être. Ceux qui ne croient pas en Dieu mais qui croient tout de même en l’ordre naturel des choses parlent de Karma. Quelqu’un a dit : l’autre nom de Dieu c’est le temps, j’ajoute que le langage de Dieu est expérimental. Généralement la foi en lui est plus grande quand il a décidé de te faire vivre l’expérience de sa rencontre. Et les hommes, ceux qui ont encore de la jugeote, comprennent mieux les événements de l’histoire lorsqu’ils sont confrontés eux-mêmes à le vivre.
Les Français et plus précisément les militants de l’UMP, les ex-partisans de Nicolas Sarkozy vont-ils enfin comprendre ce qui s’est vraiment passé en Côte d’Ivoire ? Rien n’est sûr ! ils ont déjà oublié ce petit pays Africain où il ont bien voulu déverser leur déchéance. Personne, parmi les pro-gbagbo ne boudera son plaisir. Nous boirons notre petit lait jusqu’à la li parce que Dieu mène notre combat. Admirez la précision du géomètre : l’UMP de Nicolas Sarkozy dans un imbroglio électoral ! qui l’eut cru ! tenez vous bien, la COCOE, la commission électorale du parti de Nicolas Sarkozy a recompté et rerecompter les voies de Copé et Fillon. Dans ce parti dont le régime au pouvoir en France a préféré le bombardement comme solution pour liquider un contentieux électoral le recomptage des voix est devenu tacite. On n’a pas hésité. On s’est mis à recompter comme des automates. Comme quoi, le président Ivoirien avait raison. Il avait du génie. Son idée était politiquement la plus intelligente, la plus correcte. On s’en est rendu compte subitement à l’UMP sans demander conseil à Nicolas Sarkozy ou même à son ami Alassane Ouattara qui ont une certaine expertise en la matière. Les deux ont trouvé une solution à pareil imbroglio en Côte d’Ivoire. Le premier est même devenu maitre de conférence et promène même sa tronche à travers le monde pour vendre sa potion magique. Quant au dernier, il se fait appeler dans le pays qu’il dirige, « Docteur solution ». Alors quand on a autant d’experts dans ses rangs, qu’est-ce qui peut bien expliquer qu’on n’assiste pas à une bagarre de rangée entre les militants de l’UMP pour savoir qui réellement a gagné l’élection du président de parti. A son temps le recomptage des voix avait été jugé injuste et la force sauvage avait été soutenue comme solution de règlement d’un conflit électoral.
Je me suis donc amusé un peu à chercher dans les pages du web, où le débat bat son plein, pour voir si les militants de l’UMP avait compris le langage de la transcendance et s’il leur arrivait de citer le cas de la Côte d’Ivoire, citant le maître politique du recomptage des voix en pareil circonstance. Je n’ai rien trouvé. Si plus tard dans la nuit, un ami m’a appelé pour me dire que sur une chaine française d’information on comparait Copé à Gbagbo pour se moquer. J’en déduis que le racisme a tellement la peau dure qu’il leur bouche tous les orifices. De tout cela, je me suis tout de même réjouis parce que j’ai compris que dans les brousses où nous sommes entrés, dans les prisons où nous croupissons, c’est nous qui portons le flambeau de la nouvelle civilisation.

Joseph Marat

Les commentaires sont fermés.