UA-108822782-1
topblog Ivoire blogs

mercredi, 17 avril 2013

Le fardeau du pays


Il n’y a pas deux mois, le Président par intérim du FPI, le Professeur Miaka Oureto dénonçait ouvertement les pontes du PDCI qui lui faisaient des appels de pieds afin qu’il engage son parti dans un mouvement d’envergure pour sauver le pays à la dérive. Il leur avait donné, à son temps une réponse du genre : « ne restez pas caché derrière les avantages factices que vous donne Ouattara pour regarder mourir votre nation. Sortez de votre cachette et ayez le courage défendre ce que vous pensez réellement ». Aujourd’hui, l’appel est plus clair. « Frères et Sœurs du PDCI … il est encore temps de sauver la démocratie dans notre pays. L’enjeu est clair et dépasse de très loin les frontières idéologiques (libéralisme et socialisme). C’est la survie de notre nation qui est en jeu. La propriété de son sol, la jouissance de ses richesses par ses propres filles et fils, le devenir de sa gestion démocratique et partant le développement du pays… Resserrons nos rangs pour faire barrage aux prédateurs. Rassemblons-nous pour défendre la nation en péril. Nous n’avons que cette patrie alors défendons là ensemble au risque de disparaitre ensemble, quand l’on nous demande de vivre ensemble chez nous, sans nous ».
D’aucuns ont vite fait de penser que c’est parce que le FPI prépare la présidentielle 2015 et que sachant qu’il ne peut pas gagner seul les élections à venir, il recherche à s’allier au PDCI pour isoler le RDR. Cette lecture me semble très superficielle et la réponse du PDCI tout comme la réaction du RDR ne me semblent pas, non plus, profondes. Le FPI est un parti politique dont l’objectif est la conquête démocratique du pouvoir. C’est donc absolument trivial de relever qu’il prépare des joutes électorales futurs. Ce qui est malsain c’est de faire accroire qu’il est seulement mu par cet intérêt devenu secondaire devant le drame que traverse le pays. Il faut sauver ce pays. Cet appel de Miaka au PDCI n’est pas un appel à venir escorter le FPI pour prendre le pouvoir. Il leur demande simplement de se réveiller face au péril RDR. Sinon dans cette politique de l’autruche qui est la sienne, le moment viendra où il ne pourra même plus jouir des prébendes de sa compromission avec les ennemis de sa patrie. C’est une question de responsabilité. Dans le langage spirituel on parle de porter un fardeau. C’est une invitation à venir porter le fardeau de cette nation.
Evidemment la réponse du PDCI à cette invitation est révélatrice de son degré d’attachement à la survie de cette nation. L’intérêt général ne peut rivaliser avec son nombrilisme. Le porte parole de Bédié trouve que « ce n’est pas à l’ordre du jour ». En clair le peuple peut encore supporter de souffrir les affres de la politique aveugle de Ouattara Alassane. « Attendez, nous n’avons pas encore fini de nous remplir la panse ».
Pour le RDR d’un certain Joel Nguessan, le FPI peut toujours rêver de vouloir sauver la Cote d’Ivoire. Comme des sangsues, son parti et lui sont sûrs de leur affaire. Ils ruineront la Côte d’Ivoire jusqu’aux os. Mais, manque de pot pour eux, le peuple, comme Dieu, voit tout, il sait qui porte son fardeau et il est lent à la colère…

Joseph Marat

Les commentaires sont fermés.