UA-108822782-1
topblog Ivoire blogs

mercredi, 08 mai 2013

ONU: Organisation Vautour

L’organisation des nations unies a produit un dernier rapport sur la situation sociopolitique en Côte d’Ivoire. Après avoir lu quelques lignes de commentaire sur ce rapport, j’ai été traversé par un sentiment de pitié pour la Côte d’Ivoire. J’ai vu l’image d’un éléphant terrassé agonisant servant de pitance pour des charognards de tout acabit. Chacun y allant de son argumentaire pour continuer à becqueter. Il y en a encore beaucoup parmi les ivoiriens qui pensent que l’ONU est une organisation neutre qui vient en médecin ou en secours pour sauver la Côte d’Ivoire. Il faut cesser de se leurrer et plaindre nos enfants à qui on continue de mentir dans les écoles sur les véritables motivations de cette organisation vautour. L’ONU fait partie de ces charognards qui se repaissent de notre putréfaction. Pour continuer son festin, elle s’est résolue à produire régulièrement des rapports farfelus et justifier son maintien. Sinon qu’est ce qu’on retient de moralement sain dans ce dernier rapport de l’ONU ?

Je me souviens que suite à la présidentielle de 2010, le Secrétaire général de cette organisation, Monsieur Banki Moon avait trouvé que le recomptage des voies était injustice. Il ne nous a jamais dit ce qui l’était moins. Mais nous avons compris qu’il avait besoin qu’on compte les têtes des ivoiriens pour continuer à justifier sa présence sur cette terre providentielle. Dans son avant dernier rapport qui date du début de la guerre au Mali, la même logique a prévalu. Les soi-disant experts de l’ONU avaient créé de toute pièce une connexion entre les pauvres exilés ivoiriens et Ançar Dine, le groupe terroriste qui sévissaient dans le nord du Mali. Un mensonge qui a valu son pesant d’or dans le mécanisme tendant à faire croire que la Côte d’Ivoire, Malgré Ouattara au pouvoir, n’est pas sortie de l’ornière.

C’est à cette fonction que sert le dernier rapport de l’ONU qui ne nous donne finalement pour seule issue de crise que son maintien sur le sol ivoirien. Sinon ce n’est pas aujourd’hui que tous ces « sai-gneurs » de guerre pillent notre économie. Cela n’a pas commencé hier, cela a toujours été et les « experts » l’ont toujours su. Ils se sont plutôt rendus compte qu’ils ne peuvent plus cacher le soleil avec leur main. Que le régime actuel n’est en réalité pas à la hauteur. Mais l’ONU peut-elle laisser les ivoiriens regretter le régime de Laurent Gbagbo sans se dédire complètement et se voir obligé de réparer le tort qu’elle cause au paisible peuple de Côte d’Ivoire ? Il lui fallait trouver cette idée saugrenue du genre « ce sont les pro-Gbagbo qui sont désormais derrière les chefs de guerre dans leurs œuvres funestes !» Qu’est-ce qu’il ne faut pas entendre d’une organisation minée par la malhonnêteté de ses dirigeants ?

Joseph Marat

Les commentaires sont fermés.