UA-108822782-1
topblog Ivoire blogs

mardi, 30 juillet 2013

C’est la France qui le permet


Quand nous dénonçons le caractère dictatorial du régime de Ouattara, il y a des langues pour trouver à redire. Mettant nos cris de cœur sur le compte du principe mesquin de l’opposant qui ne veut rien concéder au parti au pouvoir. C’est peut-être sur cette base que la grande France et sa communauté dite internationale dénoncent avec la dernière énergie sur tous les signes de dictature dans tous les régimes politiques du monde et ferment les yeux sur les pratiques politiques de Ouattara qui, avec ses airs d’homme politique policé, les a convaincus d’être un démocrate. Et nous disons cela parce que nous voulons accorder le bénéfice du doute à la France et à sa communauté dite internationale de ne pas être dans une certaine connivence avec un régime qui opprime son peuple et ne néglige aucun vice de tout régime liberticide et tortionnaire. Ce ne sont pas les preuves objectives et palpables des hauts faits de dictature de ce régime qui manquent. Elles sont récurrentes et achèvent de convaincre que Ouattara est un homme politique d’un autre âge dans des habits d’hommes politiques modernes. Mais, une observation attentive de la situation nous conforte dans l’idée que le régime dictatorial prend pour force tous les ingrédients de sa faiblesse. Et on ne reste pas longtemps à la tête d’un peuple quand on est autant fébrile.
Un ami m’a appelé dès qu’il a appris que les sicaires de Ouattara étaient en train de réprimer le rassemblement autorisé des jeunes de l’UDCY à Dabou. Ceux-ci voulaient simplement apporter leur contribution à la marche normale d’un Etat moderne en posant les bases d’une réflexion sur les élections présidentielles de 2015. Qu’est-ce qu’il y a de plus normal dans un Etat qui se dit démocratique. L’ami était triste et je le comprenais. Parce que de vous à moi, sans minimiser le projet politique de la jeunesse de l’UDCY, en quoi cette manifestation à mille lieues du centre névralgique du pouvoir de Ouattara aurait pu être une menace ? Mon ami me relance et me dit qu’il faut dénoncer ces pratiques parce que les Occidentaux par principe n’aiment pas les régimes qui répriment les espaces de liberté et embrigadent leur peuple. J’ai froidement répondu que c’est l’impression que donne la grande gueule qui crie égalité, droit de l’Homme, fraternité, démocratie...et j’en passe. Mais depuis que leur poulain crédité de tous les superlatifs d’homme politique providentiel est aux affaires, combien de manifestations démocratiques a-t-il encadrées avec succès ? Quelles solutions politiques et sociales a-t-il apportées au peuple ivoirien ? Nous sommes à 2 ans des échéances électorales qui devraient consacrer son départ, les Occidentaux ne peuvent pas dire qu’ils ignorent que ce pays a régressé et que la répression, les emprisonnements, les tortures… tout ce que qu’on peut difficilement reprocher à Bachar Al Assad sont monnaies courantes en Côte d’Ivoire ? Si de la classe politique française et de ses medias on n’entend rien, ce n’est pas difficile à comprendre, la Côte d’Ivoire reste pour l’heure leur torchon.

Joseph Marat

Les commentaires sont fermés.