UA-108822782-1
topblog Ivoire blogs

vendredi, 13 septembre 2013

Oui, le Rdr doit avoir peur !

J’ai furtivement jeté un coup d’œil sur les Unes de couleurs autre que bleues hier. Pendant que l’un affichait « Réveil du FPI : le RDR doit-il avoir peur ?», l’autre, a mis dans son oreillette ceci : « le RDR doit se restructurer ». La veille c’est un papier rapportant la récente conférence de presse d’Adama Bictogo que je découvre sur mon mur. Ses mots, sonnent, pour moi, comme un désaveu de la gouvernance de son parti : « on ne peut pas réconcilier si on n’a pas une maîtrise des causes. Il faut qu’il y ait d’abord un cadre de règlement entre les politiques. Il faut trouver l’astuce de gérer le pays sans que certains ne se sentent spectateurs de la gestion de la Côte d’Ivoire. La réconciliation est un long processus. (…) Nous au pouvoir, nous avons besoin de faire plus d’efforts que ceux qui ne sont pas au pouvoir (…) L’administration qui doit refléter la Côte d’Ivoire dans sa diversité, une armée ouverte, une justice équitable pour tous (…) il faut donner la chance à tous les Ivoiriens d’où qu’ils viennent. La réconciliation doit naître des différentes concessions de part et d’autre que l’on doit consigner dans un répertoire ». Sur un autre support, je crois avoir lu que durant cette même entrevue avec la presse, il aurait même dit que le Rdr serait en train de devenir un petit parti. L’un dans l’autre, il n’y a pas à chercher midi à 14 h quant à la réponse à la question de savoir si le Rdr doit avoir peur de la renaissance du FPI. Oui, le Rdr doit avoir peur et c’est cette peur qui va l’emporter parce que le match retour se joue au domicile de l’autre. Pour entrer sur le terrain, il faut se dépouiller de tout ce qui faisait la force du parti d’Alassane Ouattara. C’est-à-dire abandonner les armes, les gris-gris, les mensonges, l’idéologie de la charte du nord traduite en rattrapage ethnique, la rébellion et la cruauté gratuite… Tout ce qui, en mon sens, fonctionnait comme des béquilles d’un handicapé politique ne seront plus des atouts là où il est désormais recommandé d’asseoir un véritable débat républicain. Dans ce match retour, dans cette nouvelle Côte d’Ivoire qui s’annonce, il faudra ressusciter les débats politiques contradictoires. Et dans cette confrontation qui disqualifie la force brutale, le Rdr devrait sortir ses arguments purement rationnels pour défendre son bilan et convaincre le peuple ivoirien de lui renouveler le bail de la gouvernance. Or, sur la question ce ne sont pas les dernières sorties d’Affi N’Guessan qui renseignent le peuple ivoirien sur les faiblesses politiques du parti au pouvoir. C’est le président de parti, Alassane Ouattara himself, qui a dit avoir échoué et c’est le Rdr lui-même qui avoue n’être pas vraiment prêt pour diriger un Etat moderne. Vouloir se restructurer après trois ans au pouvoir est un aveu de pagaille politique et d’incompétence.
Alors, oui, le Rdr doit s’apprêter à déposer tranquillement le tablier ou avoir peur de la résurgence du FPI. De toutes les façons, qui est cet assassin qui n’aurait pas eu peur de revoir sa victime après tous les coups mortels qu’il lui a porté. Le plus lucide d’entre eux, en l’occurrence Bictogo, leur rappelle simplement qu’ils doivent apprendre le métier. Laisser de côté toutes leurs pratiques de roturiers. Elles n’ont servi qu’à les rendre hideux politiquement. Sans quoi il faudra s’apprêter à fuir sa propre ombre.

Joseph Marat

Les commentaires sont fermés.