UA-108822782-1
topblog Ivoire blogs

lundi, 23 septembre 2013

Ouattara ne libère personne

Vous avez certainement rectifié de vous-même. Ouattara ne libère en fait personne. Le communiqué du conseil de ministres précipité le vendredi dernier n’était qu’un immense coup de communication orchestré par un gouvernement qui veut gagner du temps. Ouattara est rentré de Bamako où il a eu droit, selon des indiscrétions, à un véritable réquisitoire de François Hollande. Celui-ci n’aurait pas cherché ses mots pour lui dire de libérer tous les prisonniers politiques et d’entrer en discussion véritable avec son opposition le FPI. Comme ces personnes peu ordinaires qui regardent le doigt qui leur montre la lune, Ouattara est rentré à Abidjan, a convoqué un conseil des ministres pour annoncer, sans les avoir au préalable identifiés, qu’il libère 3000 prisonniers et qu’il renonce à transféré Simone Gbagbo à la Haye. Ceux qui comme moi s’en sont tenu aux effets d’annonce, sont allé en weekend avec l’idée que Ouattara va vider les goulags ivoiriens de tous ses prisonniers politiques. Même certains organes de l’opposition, d’habitude très vigilants, sont tombés dans le panneau de cette vaste opération de communication du tortionnaire de Kong. J’étais encore dans les vapes de ce coup de théâtre de Ouattara quand un ami m’a tendu le communiqué lu par le porte parole du gouvernement et qui stipulait exactement ceci : « Sont exclus du bénéfice de cette grâce, les auteurs d’infractions militaires, de crimes de sang, d´atteintes à la sûreté de l’Etat, de vols de nuit, de vols en réunion, de vols avec effraction ou à main armée, de viols, d´attentats aux mœurs (attentat à la pudeur, abus sexuels contre des personnes mineures), d´enlèvements d’enfants, d’évasions, de trafics de stupéfiants et d’infractions contre les biens ( abus de confiance et escroquerie, extorsions de fonds), et les auteurs de détournements de fonds publics. »

Après lecture de cette longue liste des personnes non concernées, je me suis demandé s’il n’aurait pas été plus simple de faire droit à la rigueur administrative en ne faisant que la liste des concernés. Il y a là visiblement une volonté de vouloir perdre les autres et de ruser pour ne pas tenir la parole donnée. Mon informateur m’a posé une question toute simple : penses-tu qu’il est possible de trouver 3000 prisonniers en dehors de cette liste ? En réalité, là n’est pas le problème. Avec un seul délit dit mineur le régime-prison d’Alassane est capable de dresser une liste de plusieurs milliers d’individus. la question que je me pose par contre est celle-ci : pourquoi Ouattara fait-il un conseil de ministres extraordinaire pour gracier des prisonniers de droit commun ou de délits mineurs, au moment où on attend qu’il libère les innocents rescapés de sa guerre postélectorale qu’il a incarcérés par pur sentiment mesquin de vengeance ? Quel est l’intérêt de vider les prisons ivoiriennes de ses véritables pensionnaires ? C’est très curieux pour quelqu’un qui continue de se prendre pour le messie de l’impunité zéro ? A quoi rime cette comédie ? Quelqu’un répond qu’il veut gagner du temps ! Bizarre.

Joseph Marat

Les commentaires sont fermés.