UA-108822782-1
topblog Ivoire blogs

jeudi, 16 janvier 2014

Abdourahmane Cissé, le choix de Big Brother

Nous avons découvert sur la toile, il ya environ deux semaines une histoire d’alcôve sur la succession d’Alassane Ouattara au sein de son parti. L’histoire disait que ce dernier avant de se rendre en catimini en Europe pour deux jours avait organisé un déjeuner, chez lui, pour opérer le choix de celui qu’il souhaiterait lui succéder. Selon cet article Ouattara aurait désigné Soro Guillaume au détriment d’Ahmed Bakayoko.
Aujourd’hui je me rends compte que ce fut une grosse diversion comme sait le faire le mentor du RDR. Dès son retour de France, dans la foulée, l’homme à procédé à un réaménagement technique de son gouvernement. Il a sorti de son chapeau un certain Abdourahmane Cissé polytechnicien, 32 ans, ancien trader à la célèbre banque américaine d’investissement Goldman Sachs et l’air de rien, l’a bombardé ministre du budget. Pour couvrir le subterfuge on fera courir la fascination de son âge et on dressera sur la tête de Ouattara la couronne de celui qui fait la promotion de la jeunesse. Les ivoiriens y voient du feu. Habitués à des « rempilards » comme Bédié, ils ne peuvent pas ne pas lui reconnaître ce coup politique de penser, lui, à la relève. En réalité c’est ce que Ouattara est certainement obligé de faire et c’est ce qu’il a voulu nous faire croire quand il a fait courir la rumeur de porter son choix sur Guillaume Soro comme successeur. Sauf que la réalité est ailleurs. La guéguerre entre Soro et Bakayoko amuse Ouattara parce que dans le fond ils sont Ivoiriens. Un ivoirien à la tête de Côte d’Ivoire aurait trop de ressources pour comprendre le mal ivoirien et Big Brother n’est pas prêt à lâcher du leste actuellement. Ceux qui ont une perception plus profonde de la crise ivoirienne et qui mesure à sa juste valeur les enjeux économiques qu’elle renferme ont dû percevoir toute la subtilité des changements et rumeurs de ces deux dernière semaines. On fait croire que Ouattara part en France pour des raisons médicales alors qu’il y est allé en réunion pour prendre les ordres du marionnettiste en chef. Quand il revient deux jours plus tard, il nomme un Abdourahmane Cissé.
J’ai entendu quelqu’un dire qu’il est dans le rattrapage à fond. Non ! Le rattrapage ethnique est encore mieux. Ce sont des Ivoiriens qu’on nommerait dans cette logique et un ivoirien valant un autre, la méchanceté de ne nommer que ses parents serait plus tolérable. Avec Ouattara, même en nous faisant croire autre chose, l’idéologie qui sous-tend son action politique est implacable. Il faut constamment avoir les yeux ouverts pour ne pas la perdre de vue. La Côte d’Ivoire doit devenir un territoire qui n’appartient à personne ou du moins qui appartient aux multinationales qui doivent être libre d’y ce qu’elles veulent. Le « nomanslandisme » ou la « cedeaorisation », voilà des idéologies qu’il ne faut pas perdre de vue tant que Ouattara sera au pouvoir en Côte d’Ivoire.
J’ai compulsé aussi toute la littérature qui attribue la nationalité Sénégalaise à Abdourahmane Cissé. J’ai même pu voir, dès les premiers moments, que sur sa fiche d’inscription de l’Ecole Polytechnique de France, il était marqué Sénégal devant son nom. Erreur ou vérité ? L’auteur de l’un des premiers articles relevait innocemment que cette nomination lui rappelait celle d’un certain Alassane Ouattara. Il ne croyait pas si bien dire. Où a-t-on vu un manguier produire des noix de coco ?

Joseph Marat

Les commentaires sont fermés.