UA-108822782-1
topblog Ivoire blogs

jeudi, 16 janvier 2014

Affoussy Bamba et l’assassinat de Désiré Oué !

C’est déjà heureux que Affoussy Bamba, Ministre de la communication de Ouattara ait reconnu qu’un journaliste a été assassiné froidement devant son domicile. Même si elle nous recommande de faire la nuance entre un journaliste en train de rédiger et un autre en train de rentrer chez lui. Celui qui rentre chez lui est beaucoup moins journaliste que celui qui est en train d’écrire un papier. Cette analyse dans le cerveau d’Affoussy Bamba me semble, vous allez être surpris, assez réaliste. Pour une fois elle ne crie pas au loup pour faire croire à un montage ou même pour nier totalement au journaliste son statut. Elle aurait pu dire que Désiré Oué n’est pas un journaliste, mais un mafieux et se fier à sa très grosse machine de communication pour que cela prospère. Il faut qu’on se réjouisse qu’elle ait reconnu que nous sommes sous un régime de braqueurs. Et que c’est un fait banal que des citoyens mêmes modestes soient visités et abattus devant chez eux.
Je vous surprendrez moins en disant que le célébrissime Ministre Affoussy Bamba nous met à l’aise en libérant une forme de pensée cynique sur l’assassinat et la disparition des journalistes. Sans entrer dans le détail de ce qu’ils faisaient exactement au moment de leur assassinat ou disparition, le monde s’est trop souvent ému du drame mortel qui frappe les journalistes. Le Ministre de Ouattara n’est-il pas en train de nous dire qu’il faille regarder de plus près ce qu’ils faisaient avant de jaser ? Et je suis certainement d’accord avec Affoussy Bamba parce qu’elle va certainement nous permettre de penser comme elle à propos de Jean Helene, Guy André kieffer et des deux derniers journalistes français assassinés comme des lapins à Kidal.
Jean Helene était-il un espion ou un journaliste ? La question s’est toujours posée sous cape. Affoussy nous donne l’occasion de la poser ouvertement. Dans laquelle des fonctions était-il quand il s’est retrouvé nez à nez avec Dago Séry ? Y’avait-il une conférence de presse à la Sureté de l’Etat de Côte d’Ivoire dans les environs de la présidence de la République ou bien était-il en train d’espionner nos services de Sureté Nationale ? Sacrée Affoussy Bamba ! Elle nous fait réfléchir.
Et Guy André Kieffer. On dit dans le jargon criminel que s’il n’y a pas de cadavre, il n’y a pas de meurtre. Tout le bavardage sur la disparition de ce monsieur pour incriminer le régime de ne serait-il creux par hasard selon la théorie Affoussy ? Qu’est-ce qu’elle peut bien penser de cette version tout aussi plausible que Guy André Kieffer se la coule douce dans une contrée israélienne ? Qu’il aurait touché le pactole et aurait croire à sa mort pour accabler le régime des refondateurs au profit évidemment de ceux à qui profite le crime.
Et enfin les deux derniers journalistes de RFI assassinés dans le désert sécurisé de Kidal. Etaient-ils réellement en train de faire du journalisme ? Parce que selon Affoussy, leur assassinat ne devrait émouvoir personne s’ils n’étaient pas vraiment en train d’émettre sur RFI. Ou bien s’ils étaient en exercice de leur fonction au moment où les terroristes les canardaient, imaginé le nombre de témoins du carnage sur la radio mondiale.
La Côte d’Ivoire est vraiment tombé très bas d’avoir des ministres comme Kandia… pardon comme Affoussy Bamba.

Joseph Marat

Les commentaires sont fermés.