UA-108822782-1
topblog Ivoire blogs

dimanche, 19 janvier 2014

Avec quelle constitution ?

Le gouvernement de Ouattara est-il capable d’autre chose que de faire de la communication ou de la manipulation. On s’attend à ce que ceux qui n’ont négligé aucun moyen immoral pour prendre la tête de ce pays se mettent au minimum à faire de la politique et qu’il limite un peu les effets d’annonce, pour s’occuper un tant soit peu de ce qui préoccupent les ivoiriens. Je suis toujours surpris de cette vague de frisson pour la réconciliation qui s’empare du pays ou plus précisément de la machine à communiquer de Ouattara dès qu’une délégation du FPI se montre sur le perron de l’un des ministère du régime actuel. Beaucoup croient avancer vers la restauration de notre Etat, alors qu’en réalité on fait du sur place ou on s’enfonce. Chaque fois que dans une démarche républicaine le FPI, leur montre la voie, Ouattara fait croire à ses alliés de la communauté internationale qu’il est en train de choyer son opposition. Qu’il est moins dictateur. On oublie que si ce parti de Laurent Gbagbo est constamment sur la brèche, c’est parce que les choses s’empirent pour les Ivoiriens. On oublie un peu trop facilement que Ouattara avait promis le paradis aux Ivoiriens dès qu’il aurait écarté Gbagbo du jeu politique ivoirien. Qu’il soit, deux après, en train d’exploiter chaque signe de conciliation, est pour nous le signe que ce monsieur n’a pas dit la vérité aux Ivoiriens. Mais, là n’est pas le problème pour quelqu’un qui n’a jamais caché qu’il est un « mentor ». Les problèmes des Ivoiriens sont de deux ordres. Je dirai d’ordre matériel et d’ordre moral. Avons-nous vraiment l’impression que Ouattara avance sur ces deux terrains avec ses déclarations. Au plan matériel il a déjà lui-même avoué qu’il a échoué. La seule promesse de lui qui puisse soulager les ivoiriens est qu’il le reconnaisse et en tire toutes les conséquences. Chercher à être le candidat unique du RHDP est loin d’être une bonne nouvelle pour les Ivoiriens qui ne sont pas des masochistes. Sur le plan moral, la principale question que nous nous posons tous actuellement est la suivante : sur la base de quelle loi fondamentale allons-nous vers les élections de 2015 ? Une petite réponse de Ouattara pourrait quelque peu soulager les ivoiriens qui à défaut d’avoir eu le pain promis, se contenteraient de l’espoir de changer la donne en 2015.
On reste dans le folklore tant qu’on se contentera de croire que celui qui ne peut le moins, peut le plus. Exemple, de qui se moque-t-on lorsqu’on pense que Ouattara va faire entrer les exilés politiques pour décrisper la situation politique ? Ses goulags sont pleins, les maisons des exilés sont encore occupées par des malfrats, et les comptent continuent d’être illégalement gelés s’ils ne sont pas vidés entre temps.

Joseph Marat

Les commentaires sont fermés.