UA-108822782-1
topblog Ivoire blogs

dimanche, 19 janvier 2014

Etats généraux de la République : non par idéologie

Une délégation du FPI s’est rendue à la rue Lepic, rencontrer ceux que le RDR compte de personnalités importantes du parti au pouvoir, sauf Ouattara. Et depuis lors, ce dernier, comme s’il attendait énormément de cette rencontre ne fait que mousser l’idée que les pro-Gbagbo qu’il continue de maltraiter dans ses goulags et de maintenir en exil avec même de velléité d’assassinat dénoncé par l’Onu, est dans tous ses états. Effet Mandela oblige peut-être, ses pires ennemis dont il a annoncé avec son ami Yongi Choi la disparition de la scène politique ivoirienne sont devenus aujourd’hui ses frères. Il annonce même qu’ils vont bientôt le rejoindre dans son gouvernement. La couleur du fil dont est cousue la grande manipulation de l’opinion est que les concernés ne sont au courant. Ils ne sont pas allés négocier leur entrer au gouvernement. Mus par une grande conscience de la survie de leur pays, ils sont allés expliquer à ceux qui sont trop occupés à « bouffer », les biens fondés des états généraux de la République. Avec un peu de profondeur, on devrait arriver à la conclusion que ce n’est pas l’entre du FPI dans le gouvernement de Ouattara qui sauvera ce pays. Cela s’est déjà vu. Ils étaient tous dans le gouvernement de Laurent Gbagbo en 2001 quand en 2002 ils ont fomenté un coup d’Etat qui s’est mué en une rébellion interminable. L’invitation de Ouattara à Affi de rentrer dans son gouvernement n’est donc pas une proposition pertinente. Mais les Ivoiriens qui le connaissent savent bien que, toujours égal à lui-même, son intention n’est nullement de régler les problèmes de ce pays. Il est constamment en train de s’adresser à la communauté internationale, son véritable « électorat » pour leur montrer ce que nous considérons ici comme une mauvaise foi notoire. Un frère d’en face, très heureux de la proposition de son mentor, m’a lancé ceci au détour d’une conversation: « entrer au gouvernement pour manger aussi parce qu’on a l’impression que ca ne va plus là …» je lui ai répondu qu’ils ont tous tort de vouloir résoudre les problèmes d’une République en terme de satisfaction des besoins du ventre. Le peuple a besoin de se nourrir et cela doit être le premier souci d’un véritable comme politique. Seulement, lorsque cette noble idée est souillée par des considérations mesquines du genre « je suis exclu parce que je suis de telle région, ou lorsqu’on rédige une charte régionaliste pour conquérir le pouvoir, et une fois qu’on l’a acquis, le rattrapage ethnique devient un programme de gouvernement, on ne sort pas du cycle de la pagaille politique. Parce qu’en réalité personne n’a le monopole de la gouvernance clanique. Une république se construit sur des textes justes pour tout le monde. C’est pour quoi Affi N’Guessan invite Ouattara à des états généraux de la République pour qu’on puisse s’entendre sur les conditions minimales de notre vivre ensemble. C’est la seule façon de mettre fin en Côte d’Ivoire au cycle de la violence. Et c’est par générosité que le FPI tend cette perche à Ouattara qui devrait la saisir s’il veut rentrer dans l’histoire de la Côte d’Ivoire.

Joseph Marat

Les commentaires sont fermés.