UA-108822782-1
topblog Ivoire blogs

jeudi, 06 septembre 2018

Emergent ou immergent

Il nous faut nous résoudre, au seuil de la résignation que nous sommes décidément dans une république bananière. Encore que je doute même de la notion de république quand il s'agit de mon pays la Côte d'Ivoire. l'État Ivoirien est ami à l'État Marocain depuis des lustres. Il se raconte même que l'actuel monarque du Royaume chérifien a passé une bonne partie de son enfance ici à cause des liens particuliers que son père Hassan II avait avec Houphouët-Boigny. Cette relation entre les deux États s'est aujourd'hui ravivée. Les amis sont revenus aux affaires depuis bientôt dix ans, mais ils n'ont plus la même démarche, la même classe. Je ne connais pas le Maroc, mais les échos qui m'en parviennent sont chaque fois laudateurs. Pour la petite histoire, le sol du marché de Casablanca, aussi grand que le forum d'Adjamé est recouvert de pavées. On y entre comme si on entrait dans le hall d'un hôtel. Ce pays ne chante pas l'émergence, il le pratique. Je me moque aujourd'hui que le régime ivoirien soit démocratique. C'est le dernier des soucis de la communauté dite internationale. Le Maroc comme la Chine et la Libye du Colonel Kadhafi n'ont pas eu besoin de ce concept politique grec pour soigner le quotidien de leurs concitoyens. Nous pouvons toujours attendre que poussent des couilles de l'intelligence à l'opposition ivoirienne pour établir l'équilibre des forces démocratiques. Mais pouvons-nous continuer de nous coltiner un dirigisme sans vision. L'information que j'ai est que le ministère en charge de notre urbanisation est géré par les hommes au pouvoir d'aujourd'hui depuis 2005. Alors immergent ou émergent ? De quoi partent-ils ? Quand depuis près de 13 ans, on n'a pas eu le temps de lire deux lignes des études qui existent déjà pour maintenir la population hors des eaux dès que le ciel s'assombrit, est-il encore décent de parler d'émergence ? Une mise au point. Je ne désespère pas de la démocratie. C'est un régime politiquement idéal pour un peuple de plus 60 ethnies comme le nôtre. Je suis simplement étonné comme Aristote qu'on puisse faire de la tromperie du peuple un véritable projet de société et gouvernement.

Joseph Marat

Écrire un commentaire