UA-108822782-1
topblog Ivoire blogs

jeudi, 06 septembre 2018

les moutons se promènent ensemble, mais...

Je reste perplexe, dubitatif et un peu complexé. J'ai peur que l'on me cloue au pilori, m'accusant de vouloir réveiller le démon de l'exclusion ivoiritaire qui dort, drogué, ''overdosée'' par le rattrapage ethnique.
Il y'a de cela bien peu de temps, j'ai vu les images de madame Dominique Ouattara dans une ruelle délabrée, dAbobo, avec un cortège kilométrique de grosses cylindrées pour aller exprimer la compassion du couple présidentiel, du gouvernement et de la communauté internationale à la famille du petit Bouba qu'on venait lâchement d'assassiner. Bien avant, toute la Côte d'Ivoire a vu à quel point la police et la justice ivoiriennes peuvent faire preuve de célérité. Le criminel a été déniché, il est passé aux aveux devant caméra et aussitôt écroué à la MACA. Nous avons tous naïvement cru que c'en était fini avec des sacrifice crapuleux des enfants sous le régime Ouattara. Que les criminel auraient eu plus de scrupule et qu'il nous fallait encore attendre un bail avant d'en entendre parlé. Mais comprenez que plus rien ne devrait surprendre les ivoiriens. Avant qu'on ne s'engage à surprendre le monde, nous avions eu la double portion de notre étonnement. Nous sommes vaccinés. Ma question aujourd'hui est en revanche ceci : le sommes-nous assez ? Il y'a deux semaines que les internautes se triturent les méninges pour dénoncer un autre crime crapuleux d'un enfant. Konan axel Kouamé. Monsieur Djiré, le suspect numéro un ne s'est pas caché. Mieux, il est allé lui-même appelé la police méprisant la mère qui tournait autour de son domicile à la recherche de sa progéniture. Cette fois la moyonnaise ne semble pas prendre. Point de la patronne de Children of Africain, un communiqué bien laconique et tardif du gouvernement pour dire qu'il est informé et compte entamer une enquête. Le présumé coupable est cette fois-ci soustrait du regard du public. On attend tranquillement que tout se tasse et que les 200 internautes répertoriés par Koné Bruno passent à autre chose. Pourquoi une telle discrimination ? La question est posée. Pour ma part et je peux me le permettre parce que ce pays est entré en guerre contre l'exclusion pour instaurer le rattrapage ethnique, on peut assassiner et sacrifier tous les enfants tant que cela ne heurte pas les principes sacrosaints du rattrapage ethnique qui fait de Bouba un enfant qu'on n'aurait jamais dû toucher. La maman de Konan Axel Kouamé peut donc verser toutes les larmes de ses yeux, elle ne verra pas le cortège de Dominique Ouattara. Le gouvernement n'a-t-il pas classé le dossier avec son communiqué de crocodile dans sa marre. France 24 de la communauté dite internationale à pour l'heure d'autres chats à fouetter comme si une voie secrète lui avait secrètement dit que les moutons se promènent ensemble en Côte d'Ivoire, mais ils n'ont pas le même prix.

Joseph Marat

Écrire un commentaire