UA-108822782-1
topblog Ivoire blogs

vendredi, 22 juillet 2011

A propos des 55 soldats pro Gbagbo arrêtés au Ghana


« Menace de déstabilisation : 55 ex-combattant ivoiriens arrêté au Ghana », voici le flop qui barrait la Une de certains journaux parmi les plus sérieux de la place le mercredi 20 juillet dernier. N’eut été le souci de booster un peu le moral des ivoiriens qui souffrent déjà suffisamment de la psychose qu’on leur sert quotidiennement depuis le 11 avril passé, on aurait fait comme si ces unes n’avaient pas existé. Mais cela n’a rien couté pour comprendre que cette prétendue capture de 55 soldats pro Gbagbo au Ghana est un coup de communication mal ficelé autour d’un gros mensonge d’Etat. De sources concordantes il n’en est rien. Les officines de rumeurs se sont simplement remises au travail pour équilibrer quelque peu le tsunami de réprobations qui s’abat sur un régime qui ne sait même pas être dictatorial.
Ce qu’on a voulu faire passer pour un scoop de pointe, n’est en fait qu’une vieille information réchauffée pour la circonstance pour cacher l’incompétence notoire qui caractérise la gestion actuelle de l’Etat de Cote d’ivoire. Selon les sources proches du chef de l’Etat lui-même, les soldats dont il est question, à moins qu’on ne nous serve l’une de ces mises en scène macabres de personnes séquestrées, n’existent pas. S’ils avaient existé, ce qui est probable, la source fait comprendre que se sont les soldats qui avaient été surpris par l’attaque de la coalition international ONUCI-Licorne dès les premières heures de la guerre postélectorale et qui en essayant de traverser la frontière Ghanéenne du coté de Boudoukou ont été presque tous éliminés. Pour ceux qui ont réussi à atteindre le Ghana, il faut qu’ils soient pires que les zozos des rues d’Abidjan pour se promener en grappe avec leurs armes dans les rues d’Accra et se faire cueillir comme des novices.
Alors en attendant que la diplomatie Ghanéenne ne s’actionne elle-même pour démentir cette machination sulfureuse, on s’interroge sur les véritables enjeux de cette information. Les ivoiriens peinent à voir le bout du tunnel avec ce régime qui a érigé les slogans démagogiques en programme de société. Pouvait-il en être autrement ? Quand on a consacré sa vie politique dans l’opposition à comploter au lieu de réfléchir aux véritables solutions sociales de ses concitoyens, on ne peut que leur servir ce qu’on a préparé. Les complots à la place d’un véritable programme de société.
Les étudiants sont retournés à la terre laissant les cités universitaires à des dozos. Le chômage on n’ose même pas en parler. Avant d’embaucher, On s’accorde un petit mandat de licenciement abusif pour assouvir le désir compulsionnel de régler le compte de ceux qui ont osé gagner leur pain sous le régime Gbagbo. On dit que les soins sont gratuits, mais on n’a cure de savoir que ce ne sont pas les ordonnances médicales qui soignent. Quant à la question sécuritaire, c’est actuellement la foire au banditisme. Il a conquis le pouvoir d’Etat et le premier des soucis c’est l’aménagement des prisons pour y enfermer tous les honnêtes opposants. Pour l’éducation des ivoiriens on a trouvé Kandia Camara… Politiquement la tension est à couper au couteau parce qu’on a décidé d’érigé la vengeance mesquine en programme de gouvernement. Pour ce qui est du développement économique du pays, il faut repasser plus tard. C’est la bérézina pour la Cote d’Ivoire et le jackpot pour la France. Sarkozy, Jupe, Longuet, Fillon sont tous déjà venus. Mais aucun n’a été préoccupé par le sort des ivoiriens. Si ! Ils ont envoyé Fillon pour dire qu’ils renouvelleront la force de travail des esclaves en assurant au moins les salaires.
En somme, avec un projet de société et un programme de gouvernement qui tienne à peine sur 02 feuillets, une équipe constituée de personnes rongées par la myopie intellectuelle, on peut comprendre qu’on ait rien à proposer aux ivoiriens. Mais alors de grâce, les conquistadors de notre jeune histoire peuvent-ils continuer leur commerce triangulaire et laisser les ivoiriens ronger leur frein dans l’attente de leur rédemption.
Joseph Marat